Incursion : magasiner dans un centre d’achat, c’est plus risqué que prévu | Tabloïd
/videos

Incursion : magasiner dans un centre d’achat, c’est plus risqué que prévu

s

C’est le fouillis dans l’application des mesures sanitaires dans les centres commerciaux, où certains magasins appliquent des règles strictes alors que d’autres semblent... s’en laver les mains. 

Voici quatre situations que vous pourriez rencontrer durant votre magasinage des Fêtes.

1. Des foules dans les grandes surfaces   

Si certains magasins postent un employé à l’entrée pour laisser entrer les clients au compte-gouttes, des commerces à plus grande surface ont laissé tomber cette idée et gardent simplement des bouteilles de désinfectant près des portes. 

Ce qu’on a vu lors de nos visites dans cinq centres commerciaux de la région métropolitaine était de mauvais augure, puisqu'il était tout simplement impossible de rester à deux mètres des autres personnes dans plusieurs commerces bondés.  

Pourtant, en mai dernier, les recommandations de la Santé publique étaient catégoriques : il faut limiter le nombre de personnes présentes en même temps dans les magasins. «Il faut que les responsables fassent une période tampon où personne ne rentre s’il y a trop de gens dans le magasin», conseille l’épidémiologiste Nimâ Machouf, à qui on a montré nos vidéos d'observation avant de les publier. 

2. Des clients qui enlèvent leurs masques   

Certains commerces qui vendent des cafés ou des friandises sont toujours ouverts dans les centres commerciaux, et on a surpris des gens à enlever leurs masques pour manger une crème glacée ou boire un café glacé à la paille, souvent regroupés sur des bancs communs.  

Le décret du gouvernement à propos du port du masque dans les lieux publics intérieurs est pourtant clair : on peut recevoir une amende de 1500$ si on refuse de le porter. «C’est un risque potentiel qui est vraiment non négligeable. Le port du masque est complémentaire au lavage de mains», assure l’épidémiologiste Nimâ Machouf.  

3. Des vêtements essayés et remis en magasin sans désinfection   

Si vous essayez une pièce de vêtement en plein milieu d’un magasin, dites-vous que vous n’êtes sans doute ni le premier ni le dernier à la manipuler.  

Le nombre de personnes que nous avons observé essayer discrètement des vêtements et les replacer sur les étalages, même s'ils n'étaient pas censés le faire, prouve que plusieurs vêtements ne vont pas en quarantaine ou en désinfection après avoir été essayés. «Les gens doivent faire attention, on est au double de la première vague en termes d’infections, la COVID est parmi nous», ajoute Mme Machouf.  

4. Des cabines d’essayage non-désinfectées entre les clients   

Dans les cabines, difficile de savoir qui garde ou enlève son masque en essayant un chandail. Pourtant, dans certains magasins, des cabines d’essayage n’étaient tout simplement pas désinfectées entre les clients.  

Dans d’autres commerces, des employés débordés désinfectaient simplement les cabines une fois sur deux.  

Sur le site de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST), on peut lire que «les surfaces les plus fréquemment touchées des salles d’essayage devraient être désinfectées régulièrement», preuve que la mesure semble mal comprise ou difficilement adoptée d’un commerce à l’autre.  

Conclusion : ce ne sont pas tous les clients qui respectent les mesures sanitaires, et on ne peut pas faire nécessairement confiance aux commerces pour les faire respecter non-plus. Faites preuve de prudence si vous magasinez vos cadeaux de Noël en personne, surtout dans les centres d’achat ou les grandes surfaces, où la distanciation est plus difficile.