Des femmes derrière la victoire de Joe Biden | Tabloïd
/videos

Des femmes derrière la victoire de Joe Biden

s

Dans le confort de sa maison, entre deux brassées de lavage, une mère au foyer du Kentucky, aux États-Unis, a mené une révolte anti-Trump à travers le pays. Elle n’est pas étrangère à la victoire de Joe Biden.  

«Je pense qu’une partie de notre travail a porté fruits. Mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir», confie Loni Yeary Gentry. 

En août dernier, cette femme de 39 ans, mère au foyer de trois enfants, a lancé le groupe Facebook Suburban Housewives Against Trump (Femmes au foyer de banlieue contre Trump). Depuis, plus de 228 000 membres s’y sont joint. 

Son but : éduquer les femmes sur le système électoral, leur offrir un espace où elles peuvent discuter de politique et les encourager à mobiliser d’autres femmes de leur entourage.  

«Parce que c’est là qu’elles ont une influence : c’est sur les femmes qui sont dans leur cercle, explique-t-elle. Je vais avoir plus d’impact en discutant avec ma voisine d’à côté qu’en appelant un inconnu au hasard pour lui dire de voter pour Joe Biden.» 

Le tweet de trop 

Tout a commencé par un tweet, lancé par le président le 12 août dernier. 

«Son tweet disait : les femmes au foyer vont m’aimer et elles vont voter pour moi parce que je vais protéger leurs quartiers des habitations à loyer modique.»  

Choquée par le caractère misogyne de cette déclaration, Mme Yeary Gentry a eu l’idée de créer un groupe Facebook pour réunir lesdites femmes au foyer et montrer à Donald Trump de quel bois elles se chauffent.   

Comment contacter le parti démocratique de son compté, comment s’inscrire pour voter, pourquoi est-ce important de s’impliquer : la fondatrice s’est consacrée à informer les membres de son groupe en publiant des documents et en diffusant des directs sur sa page Facebook. 

Elle y a notamment présenté l’histoire de Brandee Rockett, une membre du groupe qui est atteinte du cancer et qui a dû payer ses traitements de sa poche.  

«Je trouvais qu’il était important de présenter aux membres des visages pour leur montrer que les politiques et les gens que nous élisons ont un effet sur nos vies», souligne-t-elle.  

Une déception 

Malgré la défaite de Donald Trump, Loni Yeary Gentry ne crie pas victoire.  

«Les données sur le vote des femmes ne sont pas aussi élevées que ce que j’aurais voulu. Particulièrement dans certains États-clé», dit-elle, mentionnant le Texas qu’elle espérait voir passer aux mains des démocrates.  

«J’ai aidé les 220 000 femmes du groupe, si ce n’est que cela, je les ai aidées à ressentir une solidarité et à leur donner un sentiment d’appartenance.» 

Sur le même sujet