En Gaspésie, à l'hôpital de Maria, «on frôle la rupture de services» | Tabloïd
/videos

En Gaspésie, à l'hôpital de Maria, «on frôle la rupture de services»

s

L’hôpital de Maria, en Gaspésie, qui est vétuste et manque de personnel, ne sera pas capable de faire face à la deuxième vague de COVID-19, s’inquiètent des employés.  

«On n’a clairement pas les ressources pour faire face à cette pandémie-là. On était déjà à bout de souffle et de ressources avant la pandémie. On ne voit pas comment on pourrait faire face à une arrivée massive de patients atteints de la COVID», souligne l’homme qui a requis l’anonymat par crainte de représailles de son employeur.  

Depuis le 4 octobre, les municipalités de Maria, Nouvelle et Carleton-sur-Mer, en Gaspésie, sont passées au niveau d’alerte maximal, avec une moyenne de près de 20 nouveaux cas par jour dans la région.  

Région éloignée  

L’hôpital de Gaspé, situé à 250 km de Maria, est le centre désigné pour les cas de COVID-19 en Gaspésie. Toutefois, les patients nécessitant des soins intensifs sont plutôt envoyés à l’Hôtel-Dieu de Lévis, dont l’urgence affichait, en date de vendredi, un taux d’occupation de 130%.  

«Notre crainte c’est ne pas pouvoir soigner ces gens-là le jour où les centres tertiaires ne pourront plus prendre nos transferts, détaille l’employé. [...] C’est là que ça pose une problématique. On fait quoi avec nos patients atteints de la COVID, ici, en Gaspésie?» 

L’hôpital de Maria est affligé d’une pénurie de personnel.  

«On frôle les ruptures de services depuis déjà longtemps, affirme-t-il. Pour garder des départements ouverts, il faut faire continuellement du temps supplémentaire obligatoire. Ça devient une façon systématique de gérer les horaires. Et je veux le spécifier, c’est sans aucun cas de COVID. C’est notre situation de base.» 

La porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie, Clémence Beaulieu Gendron, a fait savoir, par courriel, que 80 personnes ont été embauchées ou sont en cours d’embauche dans la région depuis deux semaines.  

Appel à la solidarité  

Le Syndicat des infirmières, infirmières-auxiliaires et inhalothérapeutes de l’est du Québec demande de l’aide supplémentaire.  

«On a besoin des ressources qui viendraient de l’extérieur, soutient son président Pier-Luc Bujold. Il y a eu un élan de solidarité pour les régions de Montréal au printemps. Nous, on est une petite région, très éloignée. On n’en a pas besoin des centaines. Déjà quelques dizaines de travailleurs pourraient régler la problématique», dit-il. 

Lors de son passage en Gaspésie en juillet dernier, le premier ministre François Legault a qualifié l’urgence de Maria de «dysfonctionnelle, vétuste». L’endroit doit absolument être modernisé, a-t-il souligné.  

Un plan directeur pour la réalisation de ce projet doit être déposé en décembre.

À lire aussi

Et encore plus