Mort d’une femme autochtone à Joliette : «Soyez solidaire à la famille Echaquan» | Tabloïd
/videos

Mort d’une femme autochtone à Joliette : «Soyez solidaire à la famille Echaquan»

s

La population québécoise doit se mobiliser et dénoncer la mort de Joyce Echaquan pour que les choses changent, affirme la politicienne et militante pour les droits autochtones Michèle Audette.  

«C’est le système qui est dysfonctionnel», assure celle qui a siégé comme commissaire à l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.  

«Parce que tu es femme, autochtone, vulnérable, le système, avec ses failles, permet d’échapper des personnes comme ça», affirme-t-elle.  

Depuis la mort de Joyce Echaquan dans la soirée du 28 septembre, de nombreuses personnalités ont pris la parole pour dénoncer les propos racistes et insultants tenus par les infirmières qui devaient mettre la femme atikamekw sous sédatif.  

Pour faire pression sur le gouvernement, Mme Audette lance un appel à tous les Québécois. «S’ils ne peuvent pas marcher avec nous, qu’ils montrent leur soutien virtuel à la famille Echaquan», renchérit-elle. 


Commission Viens  


La militante implore le gouvernement Legault d’adopter les recommandations proposées en 2019 par la commission Viens. Plusieurs d'entre elles avaient justement comme but d’améliorer l’accessibilité des services publics aux Premières Nations, souligne-t-elle.  

«N’attendez pas un autre rapport d’une autre expertise. Parlez-nous, dites-nous ce que vous avez fait et ce que vous comptez faire.» 

Parmi les propositions de la Commission Viens, on comptait notamment la mise sur pied d’un service de police administré par les Autochtones pour les Autochtones et la facilitation de l’accès à des soins de santé.  

Mobilisation à travers le Québec  


Près de 400 personnes principalement issues des Premières Nations se sont réunies mardi soir devant l’hôpital de Joliette, où est morte Joyce Echaquan, pour rendre hommage à la défunte. 

D’autres vigiles plus petites se sont tenues ailleurs au Québec, et même en sur le web où certaines personnes ont partagé des pensées et des photos afin de soutenir à distance la famille de la femme atikamekw morte dans des circonstances troublantes, laissée à elle-même par des infirmières lui envoyant des insultes.  

Une grande manifestation doit aussi se tenir samedi à la place Émilie Gamelin, à Montréal. Au moment d’écrire ces lignes, plus de 7000 personnes avaient signalé leur intention de participer au rassemblement sur la page «Justice for Joyce». 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus