«On n'a pas grand chose à perdre à porter le masque», selon un microbiologiste | Tabloïd
/videos

«On n'a pas grand chose à perdre à porter le masque», selon un microbiologiste

s

Une pétition contre le port du masque obligatoire a été récemment signée en ligne par près de 60 000 personnes. Et il y a de quoi s’en inquiéter, estime le président de l'Association des microbiologistes du Québec, Christian Jacob. 

Le texte réclamait l’annulation de la mesure annoncée lundi par le gouvernement Legault, qui veut imposer le port du masque dans les lieux publics intérieurs dès le 18 juillet. En date du 15 juillet au matin, il rassemblait près de 60 000 signatures, mais a été supprimé depuis.

Il mettait en avant qu’une «telle mesure brime nos droits et libertés».

Pour le président de l’Association des microbiologistes du Québec, Christian Jacob, «ce refus-là n’est pas basé sur grand chose. J’ai de la misère à comprendre pourquoi des gens se braquent devant cette mesure toute simple.» 

Efficacité du masque de 30 %

Le spécialiste met de l’avant des études, certes «toutes imparfaites», mais dont la plus citée estime que le masque aurait une efficacité d’à peu près 30 %. 

«Le masque devrait avoir une efficacité, surtout s’il est adopté à grande échelle, rappelle M. Jacob. D’où le fait que c’est intéressant que tout le monde le porte, parce qu’on le porte principalement pour les autres». 

La panique autour du respect des mesures sanitaires semble prendre de l’ampleur : une sexagénaire a été frappée au visage, samedi dernier à Laval, alors qu’elle demandait le respect de la distanciation de deux mètres dans un Couche-Tard. 

Dès le 18 juillet, le porter sera obligatoire dans les lieux publics intérieurs, comme les bars, les boutiques, les restaurants ou les centres commerciaux. En cas de non-respect de la mesure dans ces lieux, des amendes peuvent aller entre 400 $ à 6000 $. 

À lire aussi

Et encore plus