On a parlé avec la fondatrice de la page victims_voices_Québec | Tabloïd
/videos

On a parlé avec la fondatrice de la page victims_voices_Québec

Plusieurs comptes Instagram ont vu le jour dans la dernière semaine, à travers le Québec, pour dénoncer des abus.

Image principale de l'article On a parlé à celle qui a fondé le compte Instagram

Des centaines et des centaines de témoignages ont déferlé dans la messagerie de la page Instagram victims_voices_Québec depuis sa création il y a trois jours. Comment la fondatrice du compte fait-elle pour gérer ce nombre ahurissant d'allégations? Nous lui avons parlé pour comprendre comment elle administre une telle plateforme de plus 6000 abonnées. 

Elle a demandé de conserver son anonymat par crainte de représailles.

Pourquoi as-tu décidé de partir cette page?

Je suis moi-même une victime d’agression et j’ai moi-même partagé mon témoignage pour me sentir plus proche des victimes qui allaient m’écrire. J’étais abonnée à la page victims_voices_montreal [qui compte près de 50 000 abonnées]. Les administrateurs ont publié cette semaine un message pour indiquer qu’ils étaient débordés. J’ai donc eu l’idée de partir un compte Instagram pour la Ville de Québec. J’ai par contre reçu beaucoup de témoignages de gens provenant de partout à travers la province. Je ne pensais pas que ça allait exploser aussi vite. 

Es-tu seule à gérer cette page?

Nous sommes maintenant deux. J’ai été mise en contact avec une autre survivante qui m’accompagne depuis jeudi après-midi. J’ai pris le temps de lui montrer comment ça fonctionne. Je ne veux pas ajouter n’importe qui comme administrateur. Je veux absolument avoir un entretien avec la personne avant de l’inclure.

Combien de messages as-tu reçus jusqu’à présent?

Je reçois un message toutes les cinq minutes en moyenne. Dans la messagerie, en ce moment, on doit être rendu à près de 900 messages, dont 200 témoignages en attente. Gérer cette page pourrait être une job à temps plein. Mais on réussit à répondre à tout le monde la journée même, malgré que j’ai des cours en ligne et que je dois travailler. 

Comment choisis-tu les témoignages que tu publies?

En fait, on part du principe qu’on croit la victime. On partage donc tous les témoignages en ordre qu’ils ont été envoyés. On va prendre le temps de parler à chaque personne qui nous écrit. Ce que vous voyez sur la plateforme, c’est la pointe de l’iceberg. Il y a aussi beaucoup de gens qui nous écrivent sans vouloir témoigner publiquement. 

Depuis hier, par contre, on ne publie plus le nom de l’agresseur à moins qu’il ait été déjà exposé dans les médias. Les témoignages qu’on recevait étaient souvent des premières accusations et ça a provoqué des réactions fortes des agresseurs. Hier, en après-midi, j’ai dû prendre une pause. Mon anxiété est trop élevée puisque je recevais des menaces de mort et de poursuites. 

Comment les témoignages sont-ils publiés?

Il y a un avertissement au début de la publication pour dire aux gens que les images suivantes parlent d’abus physiques, émotionnels ou sexuels. Après, les gens peuvent glisser vers la gauche pour lire les témoignages. On suit aussi un code de conduite selon lequel il faut rester courtois dans les commentaires, ne pas identifier les membres de la famille de l’agresseur s’il est nommé et ne pas discuter de la crédibilité de l’histoire. 

Voir cette publication sur Instagram

#metoo

Une publication partagée par victims_voices_Québec (@victims_voices_quebec) le

Est-ce dur émotionnellement de gérer une telle page?

Plus on avance, plus c’est lourd parce qu’on a beaucoup de témoignages. Et c’est sûr que ça ramène des souvenirs pas nécessairement agréables. Je dois tout le temps prendre une pause après avoir lu un témoignage pour reprendre mes esprits. Mais ça fait du bien aux personnes qui m’écrivent et c’est ça qui m’encourage le plus.

Si vous avez besoin d’aide :  Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS), http://rqcalacs.qc.ca/ +1 888-933-9007, 24h sur 24h.

À lire aussi

Et encore plus