Au cœur de la manifestation avec 3 influenceurs noirs | Tabloïd
/videos

Au cœur de la manifestation avec 3 influenceurs noirs

s

L’une a co-fondé un podcast, l'autre est animateur télé, le troisième est humoriste et podcasteur. Ils sont devenus les porte-paroles du mouvement #BlackLivesMatter au Québec. 

Depuis la mort de George Floyd, l’humoriste montréalais Renzel Dashington discute plusieurs fois par semaine avec des personnalités de la communauté noire en direct sur Instagram. Avec 8000 abonnés, le comique souhaite ajouter son grain de sel au mouvement mondial. 

«Je sens pas que ma responsabilité est plus importante, elle est juste plus nécessaire», affirme-t-il. 

Renzel Dashington a confié n'avoir «jamais vu un tel rassemblement en 42 ans».

Samuel Boulay

Renzel Dashington a confié n'avoir «jamais vu un tel rassemblement en 42 ans».

L’animatrice Rebecca Joachim raconte pour sa part que son podcast Woke or Whateva, qui aborde la thématique des discriminations raciales, est de plus en plus écouté depuis le début des manifestations contre les violences policières.  

Rebecca Joachim, co-fondatrice du podcast Woke or Whateva, espère que la mobilisation ne sera «pas qu'un momentum.»

Samuel Boulay

Rebecca Joachim, co-fondatrice du podcast Woke or Whateva, espère que la mobilisation ne sera «pas qu'un momentum.»

«La semaine passée, on était à 1500 abonnés. On est passé à 8000. Des gens se sont introduits à notre podcast parce qu’ils ressentaient une urgence de s’informer.» 

Connu du grand public, l’animateur Kevin Raphael affirme que la communauté noire compte peu d’influenceurs parmi ses rangs. Il espère que le mouvement #BlackLivesMatter change la donne afin que les personnalités publiques noires, comme lui, vivent moins de pression.  

Pour Kevin Raphael, «c'est comme au football, si chaque personne fait 1/12e dans la lutte, on est bon».

Instagram - kevinraphael21

Pour Kevin Raphael, «c'est comme au football, si chaque personne fait 1/12e dans la lutte, on est bon».

«[J’ai] toujours eu la responsabilité, la pression de bien faire pour ne pas mal représenter [ma] communauté», affirme-t-il.  

L’animateur du Kevin Raphael Show se réjouit de l’engouement créé au Québec depuis la première manifestation à Montréal, le 1er juin. «C’est pas juste pour des photos Instagram que les gens sont là», souligne-t-il.