Rassemblements: voici ce que la police tolère | Tabloïd
/videos

Rassemblements: voici ce que la police tolère

Les services de police de Montréal et Québec précisent leur interprétation de la loi

s

Avec le beau temps qui s’installe, les Québécois sont nombreux à vouloir se rassembler dans un parc ou dans leur cour arrière. Ont-ils le droit? Sous quelles conditions?  

Voici les réponses fournies par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).       

Attention: chaque corps policier peut faire une interprétation différente de la loi.       

Est-ce que je peux faire une marche avec un ou plusieurs amis?   

Oui. Tant que la distanciation de deux mètres est respectée en tout temps, la pratique est tolérée par le SPVM et le SPVQ.       

Est-ce que je peux faire un pique-nique avec des amis au parc?   

Oui. Légalement, si le deux mètres est strictement respecté, vous pouvez vous rassembler. Cependant, le SPVM et le SPVQ ne favorisent pas cette pratique, jugeant qu’il est peu probable que la distanciation soit préservée en tout temps, surtout si des enfants jouent ensemble.       

Est-ce que je peux retrouver des amis dans un parc pour boire une bière?   

Oui, mais il faut vérifier si la consommation est permise dans le parc en question.       

Est-ce que je peux inviter des amis dans ma cour extérieure?   

Au SPVM, on indique que c’est toléré. L’inspecteur au cabinet du directeur du SPVM, André Durocher, met toutefois les citoyens en garde. «Si on invite quelques amis à boire des bières, on court un peu après le trouble. Ce sera difficile de maintenir le deux mètres en tout temps.»       

Le SPVQ indique qu'un rassemblement peut avoir lieu si les individus se tiennent à 2 mètres de distance. «Cependant, le SPVQ ne favorise pas cette pratique étant donné qu’il est très peu probable que cette règle soit respectée tout au long du rassemblement, spécifiquement si par exemple, des enfants sont sur place», indique le porte-parole du SPVQ David Pelletier. 

Puis-je inviter des gens sur mon balcon s’il est assez grand pour respecter les mesures de distanciation?   

Au SPVM, on précise que si le balcon est accessible par l’extérieur, c’est toléré, mais s’il faut traverser l’intérieur du domicile pour y accéder, c’est interdit.       

Deux conjoints qui n’habitent pas ensemble peuvent-ils se voir?   

La réponse varie selon les corps de police. Le SPVQ considère comme occupants d’un domicile toutes personnes y vivant de façon régulière ou intermittente. Si, par exemple, les conjoints habitent séparément, mais se rejoignent dans une maison la fin de semaine, le SPVQ tolère cette rencontre. Par contre, au SPVM, on indique que deux personnes qui n’habitent pas sous le même toit et qui ne respectent pas la distanciation physique risquent une contravention.       

Je m’expose à quelle contravention?   

L’amende prévue pour une personne majeure qui ne respecte pas les ordonnances de la Santé publique est de 1546 $. Pour une personne de moins de 18 ans, l’amende est de 560 $.       

Laval et Longueuil se font prudentes       

Questionnés à savoir quelle est leur interprétation de la législation sur les rassemblements, les corps policiers de Laval et de Longueuil n’ont pas voulu se prononcer. Ils renvoient les citoyens au site du gouvernement, préférant ne pas divulguer la façon dont ils appliquent les règles.   

Pour connaître les dernières consignes en matière de rassemblement du gouvernement, cliquez ici.   

Pour consulter le décret gouvernemental concernant les rassemblements, cliquez ici.       

À lire aussi

Et encore plus