«La COVID m'empêche de sortir», affirme une non-voyante | Tabloïd
/videos

«La COVID m'empêche de sortir», affirme une non-voyante

s

Non-voyante depuis deux ans, Marie-Christine Ricignuolo raconte que la distanciation sociale due à la pandémie de COVID-19 a compliqué son quotidien.  

«J’ai comme eu l’impression qu'il y avait une grosse barrière qui s’installait entre moi et les gens au début de la pandémie», se remémore la résidente d'Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. 

  • ÉCOUTEZ Marie-Christine Ricignuolo à QUB radio:

Porteuse d’un glaucome depuis la naissance, elle a perdu la vue début 2018, après plusieurs opérations. «Mes mains sont devenus mes yeux», illustre celle qui a du quitter son emploi dans les ressources humaines après être devenue aveugle. 

Pour Marie-Christine, accompagnée de son fils de 4 ans, déclencher le feu sonore d'un passage piéton est un défi.

Avec des mesures sanitaires accrues, il est devenu compliqué de tâter les fruits et les légumes à l'épicerie. «Ça m'a empêché du jour au lendemain de sortir», lance la trentenaire.  

Un autre obstacle du quotidien de Marie-Christine est de pouvoir trouver le bouton du feu sonore pour traverser un passage piéton. «Tu te dis que tout le monde met ses mains là-dessus, c'est pas très inspirant.»     

Défis sur Instagram     

Depuis peu, Marie-Christine Ricignuolo partage des vlogs sur sa chaîne YouTube et sur sa page Instagram, dans lesquels elle donne des conseils par thème : comment utiliser une canne, comment se déplacer... En ce moment, elle lance des défis à l'aveuglette à des personnalités québécoises, pour sensibiliser à la condition de non-voyante. 

Après avoir réussi à surmonter sa «plus grande peur dans la vie», à force de ténacité et de capacité d'adaptation, elle remarque accueillir cette condition mieux qu'elle aurait pu l'imaginer. De son expérience, elle tire une leçon sur la crise actuelle : «la récompense à aller chercher quand tu traverses des moments difficiles, c'est le "après". C'est de dire "Je suis fière de moi, c'est hot!"»

À lire aussi

Et encore plus