Deano Clavet, notre parrain depuis 27 ans | Tabloïd
/videos

Deano Clavet, notre parrain depuis 27 ans

Ancienne gloire de la boxe québécoise des années 80, Deano Clavet est aussi connu comme comédien qui incarnait des durs à cuire dans plusieurs films et séries québécoises. Mais combien de gens savent qu'il interprète le personnage du film Le Parrain dans des événements depuis près de 27 ans? Aidé par le maquilleur et prothésiste Stephan Tessier, il a récemment réussi à créer une ressemblance quasi-parfaite avec le célèbre Don Corleone, interprété jadis par Marlon Brando.  

«La première fois que j'ai vraiment mesuré son effet, c'est lorsque je me suis déguisé en Parrain pour une fête d'Halloween à la Gare Centrale, explique Deano Clavet. Les gens venaient spontanément m'embrasser la main ou me demander des faveurs.»   

  

Deano Clavet incarne le personnage principal du film «Le Parrain»

Louis Delisle

Deano Clavet incarne le personnage principal du film «Le Parrain»

  

Le film original The Godfather de Francis Ford Coppola, basé sur un roman de Mario Puzo, a connu un énorme succès, tant commercial que critique. En 1973, il a remporté l'Oscar du meilleur film et du meilleur scénario adapté. Cette même année, Marlon Brando a remporté l’Oscar du meilleur acteur. Par la suite, le film est devenu culte. On ne compte plus le nombre d'hommages, de parodies ou de références qu'on retrouve dans divers films de gangsters.  

Il y a près de 30 ans, lors d'un atelier de théâtre, le professeur de Deano Clavet a utilisé l'exemple du personnage campé par Brando pour illustrer la force du langage corporel. «J'ai tout de suite eu le coup de foudre», affirme d'emblée l'ancien pugiliste. «Un soir, en me regardant dans le miroir, j'ai réalisé que j'avais certaines ressemblances avec le personnage. Je me suis mis des mouchoirs dans la bouche et j'ai commencé à déambuler en imitant le Parrain», ajoute-t-il en rigolant.   

Avec les années, Clavet a tranquillement peaufiné «son Parrain», se procurant des items pour tenter de s'en approcher physiquement le plus possible. Son personnage l'a amené à voyager aux quatre coins de l'Amérique du Nord, en participant à des concours de personnificateurs. Il est également engagé pour animer – toujours en Parrain – toutes sortes d'événements, comme des levées de fonds ou des mariages.   

«J'ai pu mesurer la puissance du symbole en l'incarnant. Et quand je fais le parrain, je le respecte comme un monsieur. Tu ne me verras pas faire le clown.»   

Formé par Dick Smith  

C'est pour amener sa ressemblance à un niveau supérieur que notre Don Corleone québécois a fait appel au prothésiste Stephan Tessier, dont le travail sur le Bye bye l'avait vraiment impressionné. «J'avais suivi une formation avec Dick Smith, le maquilleur de Brando sur Le Parrain. Alors, c'est sûr que ça m'a intéressé», explique le maquilleur.  

  

Stephan Tessier

Louis Delisle

Stephan Tessier

  

«Deano est déjà assez près du personnage du Parrain, mais il y a quand même certaines limites au niveau physionomique, souligne Stephan Tessier. Il voulait l'emmener un peu plus loin, et d'une certaine façon, c'est là que le projet m'a interpellé.»   

Pour transformer Deano, il s'est basé sur certaines des techniques de son mentor. «Comme Brando ne voulait pas passer trois heures chaque jour sur une chaise de maquillage, Dick Smith a eu l'idée de la prothèse dentaire, un élément important pour donner l'allure bulldog que voulait le comédien.»   

En ultime perfectionniste, Tessier pense qu'il peut améliorer quelques aspects du personnage. «La prothèse de nez, je ne suis pas encore complètement satisfait, mais ça s'en vient», souligne-t-il.  

  

Deano Clavet sur la chaise du maquilleur Stephan Tessier

Louis Delisle

Deano Clavet sur la chaise du maquilleur Stephan Tessier

  

Clavet, lui, affirme qu'il n'a jamais cessé de croire en son personnage du parrain et que c'est sur le point de rapporter des dividendes. Maintenant qu'il maîtrise si bien sa gestuelle et sa façon de parler, il souhaite réaliser un vieux rêve : l'incarner au grand écran.

À lire aussi

Et encore plus