[TÉMOIGNAGE] J’ai été hospitalisée deux fois en raison de la COVID-19 | Tabloïd
/videos

[TÉMOIGNAGE] J’ai été hospitalisée deux fois en raison de la COVID-19

Image principale de l'article J’ai été hospitalisée deux fois pour la COVID-19
amecold - stock.adobe.com

J’ai 35 ans, je suis infirmière clinicienne dans la région de Lanaudière et j’ai déjà été hospitalisée deux fois en raison de la COVID-19. Voici mon histoire. 

Rassurez-vous, si je me permets de témoigner aujourd’hui, c’est que j’ai l’énergie pour le faire. Je vais mieux, mais les dernières semaines ont été vraiment douloureuses et je sens que j’ai un devoir de partager ce que j’ai vécu pour conscientiser les autres, à mon tour.   

Je suis infirmière clinicienne en soins esthétiques. Des patients, j’en vois entre 60 et 80 par semaine. En temps normal, à la clinique, on porte des masques surtout dans les pics de grippe ou encore, quand on ressent nous-mêmes de légers symptômes de maladie. Quand j’ai entendu parler du coronavirus, je me suis tout de suite mise en mode alerte. Je portais le masque tous les jours. J’avais peur... et avec raison.  

Tout commence ici  

Le 21 février, je suis partie à Toronto pour un congrès professionnel. Ça, c’était bien avant la fermeture des frontières et l’obligation de mise en quarantaine des voyageurs. Je suis sortie de l’avion et quelque chose n’allait pas. Fatigue soudaine, nausée, yeux rouges, plaques sur le corps: je ne savais pas ce qui se passait, mais je doutais qu’un patient puisse m’avoir contaminée d’un virus XYZ.     

Quelques jours après mon retour, j’ai célébré mes 35 ans. Célébrer, c’est un grand mot. Tout a explosé. Je faisais 39,5°C de fièvre et j’étais en boule par terre chez moi. Rien n’allait. Ni moi ni mon entourage ne pensions que j’avais la COVID-19. La crise n’était pas encore étendue au pays, je me croyais épargnée. Et pourtant, selon ce que le médecin a pu voir dans mon sang (les tests de dépistage avec un écouvillon ne se pratiquaient pas encore), j’avais bel et bien le virus.   

Prise 2 

Trois semaines up and down sont passées. Je pensais que c’était enfin derrière moi, mais non. Prise deux. Fièvre, douleurs dans tout mon corps, le coronavirus était de retour une deuxième fois. Une autre souche? Je ne sais pas, mais je l’avais encore, ça, c’est certain.     

Après quelques jours de nausées, de vomissements et de douleurs insupportables aux poumons, je suis malgré moi allée à l’hôpital. Je voulais éviter à tout prix d’y aller, mais là, je n’arrivais même plus à manger. Mon corps ne prenait rien. Je suis sortie de l’hôpital après 48 heures, mais à mon retour à la maison, les difficultés respiratoires sont apparues. J’avais de la misère à chercher mon air.   

Je pensais que j’allais y passer. C’était fini. J’allais mourir. Même mon meilleur ami était avisé du lieu où se trouvait mon testament.   

On m’a hospitalisée un autre 24 heures avant que je puisse retourner chez moi. Les symptômes eux, sont restés pour une bonne semaine.   

À jamais méfiante 

Je n’ai pas recommencé à travailler. Je dois passer un test de dépistage avant de pouvoir le faire. Je l’avoue, je suis inquiète à travailler de nouveau. Suis-je immunisée? Puis-je attraper une autre souche du coronavirus? Tout est trop tôt pour dire en ce moment, mais ce que je sais, c’est que c’est un calvaire que je ne veux pas revivre.  

Au-delà de toute ma malchance et de mes symptômes inimaginables (et encore, je dois dire que je suis chanceuse, car je suis en vie!), je tiens à rappeler ceci: si j’ai 35 ans, que je suis en bonne forme, que je suis une infirmière PRÉVENTIVE qui porte un masque et qui lave ses mains avec grande précaution, TOUT LE MONDE EST À RISQUE. Tout. Le. Monde.   

Arrêtez d’attendre que l’un de vos amis Facebook soit atteint de la maladie pour vous protéger.      

Maintenant, au travail, chaque jour, jusqu’à la fin de mes jours, je porterai un masque.   

(La personne interviewée n'a pas voulu être nommée.)

(Propos recueillis par Myriam Lefebvre)

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus