Une fan de mode veut créer la compagnie qu’elle n’a jamais trouvée | Tabloïd
/videos

Une fan de mode veut créer la compagnie qu’elle n’a jamais trouvée

Image principale de l'article Elle veut créer ce qu’elle n’a jamais trouvé

Offrir une marque de vêtements conçus ici au Québec et pensée avant tout pour les femmes grandes tailles, c’est ce que propose une jeune entrepreneure montréalaise. 

Viviane Lachapelle, dans la vingtaine, a fondé Lachapelle atelier début 2019 après avoir constaté un « manque de diversité » en matière de « beaux vêtements bien coupés pour des corps un peu plus gros et plus grands ». 

« C’est vraiment né de ma réalité comme femme ronde dans cette société où je me suis sentie marginalisée parce que je tripais sur la mode, mais je n’avais pas d’options satisfaisantes, explique Viviane. [...] J’ai toujours dit que si j’avais été plus mince, j’aurais un meilleur style, un style plus élaboré. » 

 

Viviane Lachapelle

Photo: Antoine Turcotte

Viviane Lachapelle

Avant de lancer son entreprise, Viviane a travaillé quelques mois dans la vente au détail. En étant proche des clients et en étant elle-même curvy, elle a reçu beaucoup de témoignages de personnes ayant de la difficulté à trouver des vêtements adaptés à leur taille. « Ce qui me drive le plus, c’est d’imaginer le nombre de femmes ou d’hommes qui sont dans des cabines d’essayage en ce moment et qui pleurent littéralement », ajoute celle qui a souvent vécu plusieurs situations du genre. 

 

L’entrepreneure veut avant tout offrir un vêtement grande taille adapté et coupé pour les gens curvy et non, « un vêtement régulier qui est agrandi ». 

Une des particularités importantes de la marque est que les grandeurs sont représentées par des pictogrammes, mentionne Viviane. « Quand j’étais jeune, je coupais toutes les étiquettes de mes vêtements, j’étais vraiment terrorisée à l’idée que quelqu’un voit la taille que je porte. L’idée, c’est vraiment de ne pas être identifié par un chiffre », explique-t-elle. Sur la plateforme web, il y aura toutefois un indicatif de taille. Ces tailles vont varier entre 10 et 24, mais vont être regroupées en catégories allant du XL au 4XL. 

Prochaines étapes 

Si Viviane bâtit son entreprise depuis le début de l’année, elle a lancé officiellement la marque le 29 mai dernier à l’aide d’une campagne de sociofinancement . Celle qui a aussi travaillé comme styliste sur des vidéoclips et des publicités pendant deux ans a réussi à amasser 8000 $, son objectif de départ, en seulement une journée. 

Une première collection sera mise en vente sur une plateforme web à l’automne 2019. La créatrice a conçu les prototypes et espère partir en production dans les prochaines semaines, après avoir fait essayer les vêtements à différentes personnes. 

 

Photo: Alice Gravel

 

Viviane précise que Lachapelle atelier s’inspire « de vêtements minimalistes, un peu “japonisants”, des coupes pas trop extravagantes et pas trop de motifs ». Pour la première collection, elle offrira un pantalon, un jumpsuit, une jupe, quelques tops et deux robes. 

Écologique et local 

La jeune entrepreneure prône l’utilisation de matériaux de bonne qualité pour que ses vêtements soient durables et « portables à l’année ». Pour l’instant, tous ses prototypes sont faits à Montréal et conçus à partir de tissus écologiques. 

Elle ajoute que ses créations vont donc être offertes à un prix « définitivement plus élevé qu’une robe chez H&M ou Zara », mais qu’elle sera transparente quant aux coûts de production. 

« Ce que je veux dire par ça, c’est que je veux expliquer la réalité de créer un vêtement à Montréal [...] qu’il a été fait de manière plus singulière, pourquoi par exemple j’opte pour un tissu qui est fait en eucalyptus et en bambou au lieu d’un tissu synthétique », relate-t-elle. 

 

Photo: courtoisie

De plus en plus de grandes marques, comme Dove et American Eagle Outfitters, vont promouvoir la diversité corporelle et mettre de l’avant des mannequins plus size. Certaines compagnies, comme H&M et Zara, proposent aussi maintenant des espaces « grandes tailles » dans leur magasin. Il s’agit là de belles initiatives, selon Viviane. « Moi je trouve ça intéressant qu’on commence à faire la différence. Je trouve que c’est un beau pas, observe-t-elle. 

« Mais, j’avais envie d’offrir quelque chose de local pour les filles curvy en premier et non, juste une branche d’une business. J’ai envie de virer le jeu à l’envers. » 

 

À lire aussi

Et encore plus