Nous avons parlé à un Québécois qui a vécu le Fyre Festival de l’intérieur | Tabloïd
/tabloid

Nous avons parlé à un Québécois qui a vécu le Fyre Festival de l’intérieur

Billy McFarland
Photo : Netflix/ Montage : Charles-André Leroux

Billy McFarland

« Live like a moviestar, party like a rockstar and fuck like a pornstar. » Des paroles d’une imbécilité déconcertante devenues slogan du plus gros fiasco de culture pop des dernières années; le mal nommé Fyre Festival.

Imaginez la promesse DU PLUS GROS ÉVÉNEMENT HYPE DE LA VIE ET DE L’UNIVERS qui se termine sur des rivières de marde, des festivaliers sur la MDMA enragés et des montagnes de factures impayées.

Imaginez maintenant avoir contribué directement à une partie de la logistique dudit événement hype, depuis vos bureaux du Mile-Ex à Montréal, jusque sur le terrain, aux Bahamas.

On a découvert que les bracelets des festivaliers provenaient d’un fournisseur québécois. L’entreprise Connect&Go, dont le siège social se situe à Montréal, offre « des solutions d’accès et de paiement [...] dans les secteurs des loisirs, des sports et du divertissement ».

C’est elle qui fournit les bracelets à puce qui servent d’identification sur des sites événementiels comme ceux d’Osheaga, du Festival d’été de Québec et de Piknik Électronik. C’est dans ce contexte que les services de l’entreprise ont été sollicités pour le Fyre Festival.

Sébastien Auger

Photo : Thomas Dallaire-Boudreault/montage : Charles-André Leroux

Sébastien Auger

Sébastien Auger, le chef de croissance de Connect&Go, a été un témoin de première ligne du fiasco. Il était de passage à l’émission « Les Effrontées », animée par Geneviève Pettersen et moi-même, pour nous raconter quelques anecdotes croustillantes sur sa virée aux Bahamas.

« C’est l’expérience d’une vie », nous a-t-il assuré. (Pour écouter l’entrevue, cliquez sur la vidéo ci-dessous.)

Un pétard mouillé dont on ne se lasse pas

Pour ceux qui seraient passés à côté de toute saga Fyre, une petite mise en contexte s’impose. En janvier 2017, des photos de quelques-uns des mannequins les plus en vue du moment comme Bella Hadid et Kendall Jenner ont soudainement embrasé la toile. On les voyait en bikini (duh), vivre la vida loca, celle faite de motomarines et de yachts gigantesques avec le soleil et l’eau claire des Bahamas en toile de fond.

Un mot-clic revenait sans cesse sous les photos : #fyrefestival. Il n’en fallait pas plus pour allumer l’étincelle et la curiosité des petites gensses pour l’événement et son créateur, William dit « Billy » McFarland, un bro-trepreneur au charisme de feu.

Sur papier, on nous promettait que le Fyre Festival deviendrait le prochain incontournable dans le monde du spectacle de grande envergure. Conçu pour aguicher les milléniaux, l’esprit du festival empruntait à l’insouciance du spring break américain, à l’arrogance des fraternités universitaires et au culte de l’image propre à la « génération » Instagram. Dehors Glastonbury et ciao-bye Coachella : on disait aussi que les grands noms de la musique mettraient désormais le cap vers les Caraïbes à bord de leurs catamarans.

Les gosses de riches et autres influenceurs en manque de sensations avaient donc un nouveau rendez-vous jet-set à mettre à leur agenda. Seul hic : McFarland et sa bande manquaient cruellement de liquidités pour mener à bien la première édition de ce festival prévue pour avril 2017.

Fyre Festival ou Hunger Games? Seul le sandwich le sait.

Pas de permis, pas d’infrastructures, pas d’électricité et pas beaucoup de contact avec la réalité; les ingrédients étaient réunis pour que la virée de rêve des quelques centaines de festivaliers qui avaient acheté leurs billets en avance tourne au cauchemar.

Le pire, c’est que toute la débandade du Fyre Festival n’a rien à voir avec la malchance du débutant : il s’agit plutôt d’une vaste fraude menée par Billy McFarland à l’insu de la majorité de ses collaborateurs. Si on en parle encore aujourd’hui c’est parce que toute l’affaire fait présentement l’objet de deux documentaires hautement anxiogènes. Fyre : The Greatest Party That Never Happened est disponible sur Netflix alors que Fyre Fraud est à l’affiche sur Hulu. Si vous succombez au buzz, je vous garantis que vous allez crier devant vos écrans en vous arrachant les cheveux telle une Anne Dorval indignée. Bonne écoute!

À lire aussi

Et encore plus