Le dernier trappeur | Tabloïd
/videos

Le dernier trappeur

Image principale de l'article Le dernier trappeur

Difficile d’imaginer le Québec sans ses trappeurs, même si leur métier relève presque de l’anachronisme. 

On se doute qu’ils existent encore et qu’ils continuent leur besogne, quoiqu’on en sache très peu sur leur mode de vie ou leurs méthodes, à moins d’en connaître un personnellement. 

Nous sommes justement allés en rencontrer un en plein coeur de la forêt enneigée de Lanaudière. Tout un personnage et très près de la tradition québécoise du conteur si on se fie au nombre d’anecdotes qu’il peut enfiler en l’espace d’un après-midi. 

Comme il le dit lui-même, la plupart des trappeurs lâchent tout, le prix de la fourrure est trop bas, entre autres, et il n’y a pratiquement pas de relève. 

Regard sur un métier qui disparaît lentement même si notre bonhomme de 71 ans pratiquera la trappe «tant qu’il pourra marcher». 

À lire aussi

Et encore plus