Élections 2018: ton recap de la semaine (5) | Tabloïd
/tabloid

Élections 2018: ton recap de la semaine (5)

Image principale de l'article Élections 2018: ton recap de la semaine (5)
Montage Charles-André Leroux

La période du vote par anticipation est maintenant derrière nous, annonçant les derniers milles de la campagne.

Sondage

Au moment d’écrire ces lignes, un seul grand sondage a été publié cette semaine, soit celui d’Ipsos La Presse et Global News . Ça se resserre énormément, 30% pour la CAQ et le PLQ, 20% au PQ et QS qui ferme la marche à 16%.

En tête chez les francophones, c’est la CAQ qui aurait le plus de chance de former un gouvernement, bien que minoritaire. La remontée du PLQ nous démontre encore une fois que ce parti est coriace et qu’il profite du vote quasi monolithique des anglophones et des néo-québécois.

Au PQ, on aurait sauvé les meubles puisqu’on obtiendrait assez de sièges pour être encore reconnu comme un parti officiel. Chez QS, des députés supplémentaires feraient leur entrée au parlement.

TLMEP

La semaine a commencé avec la visite des chefs de partis sur le plateau de Guy A. Lepage . D’abord sceptique, je dois avouer avoir été agréablement surpris par l’exercice.

Les questions de départ étaient incisives et les chefs avaient l’opportunité d’y répondre sans se faire interrompre par leurs adversaires. Seuls bémols, le manque de questions de relance et l’absence de droit de réplique pour les chefs lorsqu’ils étaient attaqués.

Lors de la prochaine campagne électorale, une formule avec de longues entrevues serrées devrait sérieusement être envisagée en guise de complément aux débats des chefs.

Les débats permettent de voir comment les chefs réagissent dans l’adversité alors que les longues entrevues nous en apprennent beaucoup sur les programmes et les positions idéologiques des partis.

Montage Charles-André Leroux

Promesses de la semaine

Mis à part quelques annonces sporadiques, il y a eu très peu de nouvelles promesses cette semaine. Après tout ce qui a été annoncé tout au long de la campagne, le réservoir à promesses des partis commence à être vide.

Ceux-ci ont préféré répéter leurs promesses phares afin de mobiliser leur base, cristalliser l’électorat et convaincre les derniers indécis.

Si tu ne te souviens pas de toutes les promesses faites pendant la campagne, ce qui est tout à fait normal, je t’invite à consulter ce recensement .

Garochage de boue

En politique, tu n’as pas le choix de définir tes adversaires pour te différencier d’eux et en tirer avantage. Ainsi chaque parti cherche à dépeindre négativement ses adversaires, ou du moins son adversaire principal.

Cette semaine, QS a mis le paquet pour présenter le PQ comme un vieux parti sclérosé. Au PQ, on a multiplié les attaques envers QS pour le dépeindre comme un parti d’extrême gauche peu fréquentable.

Profitant de l’exercice où les chefs devaient dévoiler leurs avoirs financiers , Legault a accusé Couillard de cacher de l’argent , ramenant le spectre de la corruption au PLQ. De son côté Couillard a accusé Legault d’être sous l’influence de Charles Sirois , milliardaire et membre fondateur du parti, pour le définir comme un politicien indigne de confiance.

Une partie de moins en moins gratuite pour QS?

Lisée a été très critiqué pour son attaque frontale envers Manon Massé au début du Face-à-face TVA. Même son de cloche pour sa sortie contre les médias, les accusant d’offrir une partie gratuite à QS.

À voir la couverture médiatique de Québec Solidaire cette semaine, on peut se demander si Lisée n’a pas finalement remporté son pari.

Le programme et les positions de QS ont été critiqués comme jamais et Massé s’est souvent retrouvée sur la défensive. Ce fut le cas lorsqu’elle s’est dite favorable à la partition du Québec , qu’elle a avancé que QS était marxiste et qu’elle s’est présentée comme l’héritière de René Lévesque .

Certains chroniqueurs n’hésitent maintenant plus à utiliser des termes comme gauche radicale ou extrême gauche pour qualifier QS.

Montage Charles-André Leroux

Moments cocasses

Gilles Duceppe est allé d’une virulente sortie contre Manon Massé , rappelant étrangement celle de Gérard Larose en 2011 contre le NPD. Pour ceux qui s’en rappellent, c’est probablement le meilleur exemple de cadeau empoisonné en fin de campagne.

On a aussi appris que Lisée a déjà été maoïste et que Guy Ouellette, député libéral, a coulé de l’information compromettante envers le PLQ à la CAQ.

Dernières pubs de la campagne :

À la CAQ, on est allé chercher Alain Côté , auteur du fameux but refusé qui divisera à jamais la nation québécoise. Disons que ça ferait plaisir aux électeurs de la région de Québec.

Montage Charles-André Leroux

De son côté, Philippe Couillard a enfilé son chapeau de cowboys dans sa plus récente vidéo .

QS a sorti plusieurs publicités au cours des derniers jours, souvent en réponse aux attaques du PQ. Bien adaptés aux médias sociaux, ces courtes vidéos adoptent par moment une rhétorique populiste avec des mots comme élite et establishment.

Allez voter!

C’est mon dernier recap hebdomadaire de la campagne. J’ose espérer que mon humble contribution vous a permis d’y voir plus clair.

Nous avons le privilège de vivre en démocratie contrairement à plus de la moitié de l’humanité .

Il ne faudrait pas l’oublier lundi prochain!

À lire aussi

Et encore plus