Comment l’alt-right compte infiltrer le parti de Maxime Bernier | Tabloïd
/tabloid

Comment l’alt-right compte infiltrer le parti de Maxime Bernier

Image principale de l'article Comment l’alt-right compte infiltrer le parti
Source: Matthew Usherwood, Agence QMI | Montage: Charles-André Leroux

Lancé à la mi-septembre par l’ex-député conservateur Maxime Bernier, le Parti populaire du Canada (PPC) compte déjà parmi ses partisans des militants d’extrême-droite qui prévoient infiltrer la formation politique. Enquête sur l’alt-right canadienne qui voit le PPC comme un outil de normalisation de son discours haineux.

Nous avons eu accès à l’un des forums de discussion privés où se mobilisent ces militants depuis la création du PC. Simplement intitulé « People’s Party of Canada », il rassemble jusqu’ici près de 300 membres qui ont déjà collectivement publié plus de 20 000 messages.

Certains des usagers proviennent de différentes sphères canadiennes de l’alt-right, une faction de l’extrême-droite largement définie comme étant un regroupement non-exclusif de suprémacistes blancs, néonazis, antiféministes et conspirationnistes, qui tiennent des positions antisémites, sexistes, racistes et xénophobes. Ils sont majoritairement de jeunes hommes blancs qui propagent leurs idées sous forme de memes sur divers forums.

Celui que nous avons pu visiter est hébergé sur Discord, une plateforme conçue pour faciliter la communication entre gamers dont se servent également plusieurs groupuscules de l’extrême-droite.

Un meme parmi les dizaines à avoir été partagés dans le serveur Discord.

Il n’entretient aucun lien formel avec le PPC, mais certains de ses membres ne cachent pas leur intention de jouer un rôle au sein des futures associations locales du parti, tandis que d’autres envisageraient même de devenir candidats aux prochaines élections fédérales.

Un soutien qui ne date pas d’hier

Avec sa volonté de réduire l’immigration, son aversion du multiculturalisme façon Trudeau, son franc-parler cavalier rappelant parfois Trump, sa défense de la liberté d’expression, son rejet du politiquement correct et son utilisation efficace des réseaux sociaux, Maxime Bernier est un chouchou de l’alt-right canadienne depuis quelque temps déjà.

Le journaliste et fondateur du Canadian Anti-Hate Network (réseau canadien contre la haine) Evan Balgord suit de près le phénomène depuis la campagne au leadership du Parti conservateur de l’an dernier. Bernier avait alors terminé deuxième derrière Andrew Scheer en obtenant 49,05 % des voix au treizième tour.

Le Parti conservateur est « trop corrompu intellectuellement et moralement pour être réformé » sous le chef Andrew Scheer, a soutenu Maxime Bernier après son départ du caucus.

Source: Reuters

Le Parti conservateur est « trop corrompu intellectuellement et moralement pour être réformé » sous le chef Andrew Scheer, a soutenu Maxime Bernier après son départ du caucus.

« Je n’ai pas vu grand-monde du mouvement alt-right néonazi canadien qui soutenaient un autre candidat au poste de chef du Parti conservateur ou de premier ministre que Maxime Bernier », constate-t-il au bout du fil.

Evan Balgord a d’ailleurs récemment collaboré à un article explosif de VICE qui a mené au débranchement de This Hour Has 88 Minutes, le podcast néonazi le plus populaire du pays.

À travers ses recherches, il a noté que les animateurs et leurs invités encourageaient leur public à faire du bénévolat pour Bernier lors de sa campagne au leadership, produire des memes et détourner la conversation sur les réseaux sociaux vers des sujets « dont des néonazis veulent entendre parler ».

Cette mobilisation des troupes a créé une petite controverse quand Bernier a partagé sur Facebook une image dans laquelle il demandait à ses abonnés de « prendre la pilule rouge » (take the red pill), un terme populaire dans les sphères antiféministes et alt-right. Un des participants au forum de discussion sur Discord affirme même être le créateur de cette image, une affirmation qui ne peut être vérifiée indépendamment.

« Considérant que la plupart des gens comprennent la connotation associée au meme du “red pill”, j’ai de la difficulté à croire qu’il ne savait pas quel genre de message il lançait en partageant cette image, mais je suppose qu’on ne connaitra jamais la vérité », estime Evan Balgord.

À l’époque, Maxime Bernier s’est défendu en soutenant que le meme faisait référence à La Matrice et rien d’autre.

Les deux memes associés au « red pill » partagés sur les réseaux sociaux par Maxime Bernier en 2017. Un des participants au forum de discussion sur Discord affirme même être le créateur de l’image de gauche.

D’une campagne à l’autre

Avec la fondation du PPC, les partisans alt-right de Maxime Bernier saisissent l’occasion de s’impliquer au sein d’un parti politique qui en est encore à ses premiers balbutiements. Les techniques employées sont semblables à celles qui ont servi lors de la course au leadership, sauf que cette fois, ils tenteront d’avoir un plus grand impact sur le terrain.

Pour preuve, au moins cinq membres du serveur Discord étaient présents à différentes rencontres informelles de militants du PPC qui ont eu lieu un peu partout au Canada ces dernières semaines et comptent s’impliquer au sein des futures associations locales du parti. Un d’entre eux serait même l’un des principaux organisateurs des meetups à Toronto.

Photo d’un rassemblement informel des partisans du PPC à Toronto où au moins un des membres du serveur Discord était présent.

Source: Twitter RobertonLive

Photo d’un rassemblement informel des partisans du PPC à Toronto où au moins un des membres du serveur Discord était présent.

D’autres s’activent plutôt sur les médias sociaux, notamment dans les groupes Facebook régionaux officiels du PPC, où ils tentent de détourner la conversation à leur sauce. L’un des membres même affirme être le modérateur de 32 de ces groupes.

Leur but déclaré n’est pas nécessairement de changer les politiques du parti pour qu’elles correspondent entièrement à leurs idéaux, mais bien de faciliter l’élection de Bernier afin de normaliser à long terme des discours de plus en plus extrêmes. « Il s’agit de déplacer la fenêtre d’Overton dans notre direction », a écrit un des membres du serveur à la fin septembre.

En d’autres mots, ces militants de l’alt-right veulent hausser l’acceptabilité sociale d’idées comme diminuer les seuils d’immigration afin qu’un éventuel discours prônant l’abolition totale de l’immigration soit plus facilement digérable.

Une infiltration évitable?

La quantité de publications extrêmes dans les groupes Facebook officiels du PPC était si importante que le parti a dû intervenir pour que la situation ne dérape pas totalement.

« On ne veut pas de gens comme ça dans notre parti, tranche le porte-parole du PPC Martin Masse. Ça devenait trop difficile de gérer tous les messages extrêmes avec notre toute petite équipe, donc des bénévoles qui ont été nommés administrateurs des groupes doivent maintenant approuver chaque publication avant qu’elle soit mise en ligne. En principe, il ne devrait plus y avoir de commentaires comme ça. »

C’est une mesure qui semble avoir fonctionné jusqu’à maintenant, mais cela n’empêchera peut-être pas des militants de l’alt-right de participer à des rencontres ou de briguer des postes au sein du parti. Le PPC croit pourtant qu’il aura suffisamment de mesures en place pour empêcher ce genre de situation.

« On va faire la même chose que tous les partis politiques. Présentement, on ne fait pas d’enquête sur tout le monde qui devient membre, mais quand les associations de comtés seront créées, les gens sur l’exécutif devront démontrer qu’ils partagent nos valeurs. Les candidats, eux, auront une vérification de leurs antécédents judiciaires et de leurs déclarations passées », explique Martin Masse.

Il ajoute que le parti « a été clair sur ses politiques et prend les mesures humainement possibles pour rester aligner là-dessus », mais qu’il est impossible pour lui de contrôler « la vie et les propos » des 25 000 membres enregistrés.

Considérant que Maxime Bernier a déjà affirmé avoir l’intention de présenter des candidats dans chacune des 338 circonscriptions fédérales à l’élection d’octobre 2019, le parti aura-t-il suffisamment de temps et de ressources pour avoir un processus de sélection adéquat?

Nous avons posé la question à Peter Graefe, professeur au département de sciences politiques de l’Université McMaster et expert en politique canadienne.

« C’est possible, mais ça prend beaucoup de ressources et on voit que même les grands partis n’en sont pas toujours capables, observe le professeur. Il ne faut pas oublier que pour chaque organisateur qui passe sa journée à vérifier les antécédents des candidats, c’est un organisateur de moins sur le terrain. Il restera à voir à quel point ils accorderont de l’importance à ça. »

Selon M. Graefe, les petits partis ont des faiblesses au niveau structurel qui peuvent permettre à des groupes marginaux de les occuper, exploiter la démocratie interne et faire valoir leurs points de vue.

« La cheffe du Parti vert, Mme May, a eu des problèmes avec ça lors de la dernière campagne. Le mouvement masculiniste a réussi à glisser certaines de ses idées dans la plateforme et elle a ensuite eu des problèmes avec des gens qui militaient pour le boycottage d’Israël », illustre-t-il.

D’autres cas semblables se sont déjà produits dans l’histoire politique canadienne, ajoute M. Graefe. Il cite en exemple le Parti réformiste de Preston Manning qui, avec ses positions populistes, « a attiré un lot de gens qui tenaient des propos racistes et qui a dû passer beaucoup de temps à les sortir du parti, ce qui leur a certainement coûté beaucoup d’appuis ».

Comme l’avait dit M. Manning lui-même dans les années 90, « une lumière éclatante attirera parfois quelques insectes ».

La censure et l’autocensure

Si jamais vous vous aventurez dans le serveur Discord dont il est question dans le présent article, vous aurez peut-être du mal à trouver beaucoup de contenu explicitement suprémaciste ou néonazi. Pourquoi, donc, coller l’étiquette d’alt-right à une bonne partie de ses participants?

Notons d’abord qu’il est impossible d’affirmer que tous les gens dans ce serveur sont d’extrême-droite. En fait, certains des usagers se moquent même de ceux qui ont des avatars avec des symboles nazis ou suprémacistes.

Pourtant, le serveur est administré par l’un des modérateurs de MetaCanada, une sous-section de Reddit qui « s’identifiait ouvertement à l’alt-right, mais qui le nie avec véhémence depuis (la manifestation de nationalistes blancs) à Charlottesville », selon Evan Baglord. Plusieurs de ses usagers se trouvent aussi dans le serveur Discord.

Les modérateurs du serveur tentent aussi d’empêcher les gens de tenir des propos trop extrêmes, de peur que cela ternisse l’image du parti auprès du grand public. Bien des membres font preuve d’autocensure, mais d’autres ne peuvent se retenir de parler de la « juiverie mondiale », de la guerre raciale et de la supériorité des Blancs. Plusieurs commentaires haineux sont effacés dès leur mise en ligne.

Des filtres automatiques ont donc été mis en place pour empêcher la publication de messages haineux et des avertissements sont régulièrement distribués, mais beaucoup de contenu questionnable facilement associable à l’alt-right passe à travers les mailles.

Cliquez ici pour consulter une collection de captures d’écran du serveur Discord « People’s Party of Canada », où nous montrons des exemples du genre de discussions qui s’y tiennent et déchiffrons le langage codé de ses participants. 

Mise à jour 7 novembre 2018: L’entièreté des messages sur le serveur Discord ont été supprimés, mais le serveur vit toujours.

À lire aussi

Et encore plus