Élections 2018 : ton starter pack de jeune électeur | Tabloïd
/tabloid

Élections 2018 : ton starter pack de jeune électeur

Image principale de l'article Ton starter pack de jeune électeur

Ça y est, les pancartes électorales tapissent tous les poteaux, le Québec amorce sa 42e élection. Et parce qu’une campagne électorale est un feu roulant d’informations, voici un starter pack pour t’assurer de faire un choix éclairé une fois rendu dans l’isoloir.Et du choix, on en a cette année! 21 partis sont officiellement enregistrés auprès du Directeur général des élections (DGE). Si tu n’es pas satisfait de l’offre des quatre grands partis, tu vas peut-être trouver ton compte avec le Parti 51 qui veut annexer le Québec aux États-Unis ou avec le Parti Culinaire du Québec qui a une plateforme électorale 100% gastronomique.

Les dates importantes

C’est le 1er octobre prochain que tu devras remplir ton devoir de citoyen. Si tu n’es pas au Québec à cette date parce que tu as décidé de partir en vacances — c’est moins cher voyager l’automne, je te comprends — tu peux toujours aller voter par anticipation les 23 ou 24 septembre.

Avant d’aller faire ton devoir de citoyen dans un sous-sol d’église ou dans une école primaire près de chez vous, assure-toi d’être inscrit sur la liste électorale. Si tu es encore angoissé à l’ idée de participer au grand bal démocratique, le DGE a monté un microsite  où tu pourras retrouver une foule d’informations.

Comment rester informé

Si tu es vraiment un citoyen modèle, tu peux aller lire les biographies des candidats et le programme de chacun des partis. L’information se trouve facilement sur leur site Web.

Le PQ  et QS  ont une plateforme très détaillée, tellement qu’on y retrouve presque une politique pour protéger l’ail des bois dans les sorties d’autoroute. C’est typique des partis de membres qui élaborent leur plateforme lors de grands congrès.

Pour ce qui est du PLQ  et de la CAQ , où ce sont plutôt des stratèges qui sont en charge de la plateforme électorale, c’est plus succinct. On préfère rester dans les orientations générales, les grandes idées, les valeurs et les dossiers d’importance.

Si ça ne te tente pas de te taper les 92 pages du programme de Québec Solidaire, tu peux opter pour une stratégie d’écoute passive pour rester bien informé. Abonne-toi à tous les partis sur différentes plateformes comme Facebook, Twitter, Instagram et YouTube.

Les partis vont multiplier les moyens tactiques pour rejoindre les jeunes électeurs. Reste à l’affut, tu pourrais tomber sur des annonces importantes faites en Facebook Live.

Attention, si un parti te demande trop d’infos, pour t’abonner à son infolettre par exemple, c’est qu’il veut collecter des données sur toi  pour potentiellement te solliciter par la suite.

On est à l’ère des métadonnées. Cela permet aux médias d’offrir des outils très raffinés à leur lectorat. On pense ici au Guide de l’électeur du Journal de Montréal et de Québec ou à la Boussole électorale de Radio-Canada . N’hésite pas à les utiliser, ce sont de vraies mines d’or.

Les débats, toujours des moments forts d’une campagne électorale

On le sait, les débats électoraux sont l’équivalent du Superbowl de la politique, sans les ailes de poulet Flamingo et un show de Justin Timberlake à l’entracte. Nous sommes gâtés cette année, puisqu’il y en aura trois, dont un en anglais. Si tu ne veux pas les manquer, assure-toi de recevoir une notification le 13 septembre  pour celui de Radio-Canada, Télé-Québec, V, LaPresse + et Le Devoir, le 17 septembre  pour celui de CBC, CTV, Global, CJAD et The Montreal Gazette et finalement le 20 septembre  pour celui de TVA et LCN.

Si tu n’as pas de télévision chez toi, sache que les trois débats seront aussi diffusés sur les plateformes Web des différents médias.

Si tu veux pousser l’expérience plus loin, je te suggère d’aller écouter un débat dans un événement officiel d’un parti, si possible un parti auquel tu ne t’identifies pas. C’est très challengeant, mais ça va te permettre d’échanger avec du monde qui ne pense pas comme toi.

Pour les junkies politiques qui en redemandent toujours plus, de nombreux débats sectoriels auront lieu tout au long de la campagne, comme celui portant sur l’économie et organisé par de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. 

Cette année, ton vote compte vraiment

Grâce aux travaux de politologues comme François Gélineau, on a appris que pour la première fois, trois générations ont le même poids électoral cette année. On retrouve autant d’électeurs âgés entre 18 et 39 ans, que ceux faisant partie de la génération X ou de celle des Babyboomers. Seul petit hic, au même âge les millénariaux votent moins que les X, qui eux votent moins que les Babyboomers.

L’opportunité de se faire entendre et d’influencer l’avenir politique du Québec est donc belle pour les jeunes. Il faut simplement la saisir — pas game!

Bonne campagne à tous!

Bonus

Le DGE offre un moteur de recherche sur les donateurs . Je te le dis, c’est magique. Tu pourras en apprendre sur l’appartenance politique de ton patron, de ton collègue de bureau, de ton voisin, de ton professeur... pis même de ton match Tinder. Bref, ça permet de comprendre bien des affaires!