Zombies en territoire autochtone | Tabloïd
/videos

Zombies en territoire autochtone

Image principale de l'article Zombies en territoire autochtone

Des Autochtones opposés à une horde de zombies : voilà la thématique du prochain film du réalisateur mi’kmaq Jeff Barnaby. La production est tournée en grande partie à Kahnawake, territoire Mohawk, et mise sur une majorité d’acteurs autochtones. On s’est rendus sur le plateau de tournage pour aborder la réalité des personnes issues des Premières Nations dans le milieu cinématographique. 

Dans ce long-métrage, Jeff Barnaby met en scène des mort-vivants infectés par un virus, ainsi que des habitants autochtones immunisés contre l’épidémie. L’action se déroule dans une réserve fictive nommée Red Crow. Même si l’histoire semble puiser dans les clichés hollywoodiens, son réalisateur croit qu’elle présente un message important pour les Premières Nations. 

Le film, selon Jeff Barnaby, symbolise la défense des réserves (les personnes immunisées) contre les Blancs d’Amérique (les mort-vivants). «Les idées à l’origine de Blood Quantum vont plus loin que celles d’un simple film d’horreur. Les Mi’kmaqs sont dans un processus d’extinction», a écrit le cinéaste. Il s’en prend ainsi au colonialisme, à l’assimilation des peuples autochtones et au fait que leur culture tend de plus en plus à disparaître. 

Depuis le début de sa carrière, le réalisateur cherche à dénoncer les travers de sa réalité grâce à ses films. C’est d’ailleurs ce qui a attiré le producteur John Christou. Les deux travaillent ensemble depuis maintenant 13 ans. «J’aime développer des idées importantes qui peuvent avoir un effet sur la société», mentionne-t-il. 

D’après le producteur, le fait de communiquer les «idées de Jeff» à travers une histoire de zombies permet de rejoindre «un public qui ne serait peut-être pas intéressé par un film trop lourd». 

Pour combler tous les rôles du film, la production a dû élargir son champ de recherche au-delà des frontières québécoises. Très peu d’actrices et d’acteurs québécois autochtones travaillent avant tout en anglais, langue utilisée dans Blood Quantum, avance John Christou. Les protagonistes proviennent entre autres de Toronto, de Vancouver et de Los Angeles. 

Nous nous sommes donc dirigés vers Kahnawake pour visiter les lieux de tournage, quelques jours avant que l’équipe se rende en Gaspésie, à Listuguj, lieu où est né Jeff Barnaby. J’ai même enfilé mes plus beaux habits de zombie durant cette journée afin d’être figurant dans une scène du film.